Efficacité au niveau du résident du NABUCCOD

Programme de formation en nutrition et soins de santé bucco-dentaire dans les maisons de soins infirmiers


Résumé


Objectifs : Évaluer l'impact d'un programme de formation en nutrition et en soins bucco-dentaires sur les politiques et les résidents des maisons de soins infirmiers.


Conception : Enquêtes transversales avant/après intervention.


Participants : Cent trente-huit maisons de soins infirmiers ont participé à la formation initiale.


Intervention : Sessions de formation pour le personnel, le directeur et les médecins pour les soins nutritionnels et bucco-dentaires en maisons de soins infirmiers.


Mesures : Deux vagues d'auto-évaluations sur un intervalle de 6 à 8 mois ont décrit les politiques de maisons de soins infirmiers (questionnaire de l'établissement), la qualité des soins chez les résidents nouvellement admis (questionnaire d'admission) et chez ceux présents depuis plus de 6 mois (questionnaire sur le séjour) .


Résultats : Des questionnaires ont été remplis aux deux vagues dans 24 maisons de soins infirmiers (17,8%) pour l'institution, dans 42 maisons de soins infirmiers dont 646 résidents pour l'admission et dans 34 maisons de soins infirmiers dont 287 résidents pour le séjour. Il n'y avait pas de différence significative dans la capacité en lits et la dépendance des résidents entre les maisons de soins infirmiers, qui ont effectué les deux évaluations, et les non-répondeurs. Aucun changement n'a été observé pour l'établissement. Un dépistage de la malnutrition a été réalisé chez presque tous les résidents. Deux facteurs de risque ont été mieux dépistés après l'entraînement : les escarres (39,4 % à 49,1 %, P = 0,014) et la dysphagie (33,5 % à 41,0 %, P = 0,049). L'examen buccal s'est amélioré quantitativement (38,5 % des résidents à 48,5 %) et qualitativement : les facteurs de risque de malnutrition et de dysphagie étaient mieux recherchés (perte des dents postérieures (P < 0,0001), asialie (P < 0,0001), et candidose (P = .002)). Des améliorations similaires ont été observées dans les évaluations de séjour. Aucune action visant à contrer la perte de poids ou les faibles apports alimentaires n'a été trouvée dans un tiers des dossiers des résidents.


Conclusions : Le programme de formation a amélioré les connaissances du personnel avec des résultats positifs au niveau des résidents, mais aucun changement significatif n'a été observé dans les politiques de maisons de soins infirmiers.


Co-auteurs : Philippe Poisson, Pascale Barberger-Gateau, Aurore Tulon, Sandra Campos, Véronique Dupuis, Isabelle Bourdel-Marchasson


Lien vers l'article complet : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24388945/

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

MEOPA