• Edgar

La télémédecine dans les pays européens


Rappelons que la télémédecine est remboursée en France depuis 2018. Elle s’est timidement développée mais a connu un véritable essor au printemps 2020 grâce à la crise du Covid-19. Les experts considèrent même que la crise sanitaire a permis de gagner entre 5 et 10 ans sur la démocratisation de la télémédecine.


Mais comment se situe la France par rapport aux autres pays européens ? Sommes-nous un bon élève européen ou un pays conservateur de son système de santé traditionnel ?


C’est en 2009 que la loi HPST (Hôpital, Patient, Santé et Territoire) définit, en France, pour la première fois le cadre réglementaire de la télémédecine. A ce titre, la France fait partie de précurseur de la télémédecine en Europe. Pour comparaison, l’Allemagne n’a adopté une loi sur la télémédecine qu’en 2015. La France a donc été un pays réactif de l’inscription de la télémédecine dans un cadre réglementaire.

Cependant, la recours à la télémédecine ne s’est pas développé rapidement en France. A titre d’exemple, le gouvernement avait pour objectif 500 000 actes de téléconsultation en 2019, seulement 60 000 ont eu lieu. Le principal frein au développement de la télémédecine en France a été la crainte concernant le respect des données de santé privées, une crainte partagée à la fois par les utilisateurs/patients et à la fois par les instances réglementaires.


Les pays scandinaves et anglo-saxons ont une forte avance sur nous en termes de recours à la télémédecine dans le parcours de soins du patient. Depuis 2012, l’utilisation de la télémédecine en Suède a connu une croissance exponentielle. La télémédecine fait partie intégrante du parcours de soins en Suède.

Le Danemark est également un des pays pionniers en termes de recours à la télémédecine. Depuis 2008, la télémédecine connait un véritable succès au Danemark. Une étude estime des économies de 90 M€ par an réalisées grâce à la télémédecine au Danemark pour les assureurs.

En Angleterre, les estimations montrent une potentielle économie de 90 M€ sur 5 ans grâce à la télémédecine. L’Angleterre a déjà trouvé sa licorne sur le marché de la télémédecine. La startup Babylon Health a levé 550 M$ en 2019 et porte sa valorisation a maintenant 2 milliards de dollars.

Les pays scandinaves et l’Angleterre sont les bons élèves européens en termes de télémédecine. Juste après arrive la France. Ensuite, on retrouve l’Allemagne qui développe une offre de télémédecine depuis 2015. Mais cette offre est essentiellement hospitalière. En Autriche et au Luxembourg, il n’y a toujours pas de cadre légal autour de la télémédecine. La Belgique autorise le recours à la télémédecine mais aucune aide publique ne vient la rembourser.


La France fait partie des bons élèves européens du point de vue du recours à la télémédecine. Elle a su adapter son cadre réglementaire rapidement. La télémédecine a eu des difficultés à s’ancrer dans les mœurs en France mais elle a connu un réel développement à cause ou grâce à la crise sanitaire. Si l’on doit réaliser un classement des pays européens, la France arrive juste après les pionniers que sont les pays scandinaves et l’Angleterre. Mais la France arrive nettement avant les autres pays européens, notamment grâce à son système de santé qui rembourse l’acte de télémédecine.

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout