Syndrome (ou maladie) de Sjögren

Diagnostic odontologique et traitement de la sécheresse buccale


Anatomopathologiste · Imagerie (échographie) Diagnostic Il sera primordial de rechercher une hyposialie associée à la xérostomie. Pour rappel, la xérostomie est une sensation subjective caractérisée par une sensation de bouche sèche. Elle peut être présente sans qu’une hyposialie ne soit objectivée. La mise en évidence de l’hyposialie repose sur l’interrogatoire, les examens cliniques et para-cliniques.


► Interrogatoire - Anamnèse L’interrogatoire est un élément clé de la démarche diagnostique. Il faut se renseigner sur la présence ou non de facteurs de risque de caries tels que le tabac, l’alcool, la consommation de caféine, la présence d’une respiration buccale. On recueillera également les potentiels antécédents médico-chirurgicaux (radiothérapie de la sphère ORL, chirurgie au niveau des glandes salivaires), et médicamenteux (médicaments à effet anti-cholinergique, opiacés, anti-dépresseurs, anti-psychotiques, diurétiques, anti-histaminiques et sympathomimétiques anti-dépresseurs , antihypertenseurs, bronchodilatateurs) (Tableau 2). Il faudra préciser la durée d’évolution de cette sensation de sécheresse buccale afin de déterminer si elle est aiguë ou chronique (> 6 semaines). L’impact éventuel sur la vie courante devra être évalué car l’hyposalie s’accompagne fréquemment d’une altération de la qualité de vie avec des sensations de brûlures buccales, de dysgueusie, de dysphagie, de modification de l’alimentation, de difficultés à parler. L’ampleur des répercussions est corrélée à l’importance de l’hyposialie. Tableau 6 : Protocole de l’entretien structuré recommandé en cas d’hyposialie suspectée, tiré de S. Boisramé et coll., EMC 2016 1. Ressentez-vous une sécheresse buccale pendant la nuit ou au réveil ? 2. Ressentez-vous une sécheresse buccale pendant la journée ? 3. Gardez-vous un verre d’eau à côté de votre lit ? 4. Prenez-vous des gorgées de liquide pour avaler des aliments secs ? 5. Ressentez-vous une sécheresse buccale pendant les repas ? 6. Avez-vous des problèmes de déglutition de certains aliments ? PNDS Syndrome de Sjögren 29 Mars 2022 7. Utilisez-vous des chewing-gums quotidiennement pour éliminer la sensation de bouche sèche ? 8. Mangez-vous des fruits ou sucez-vous des bonbons durs à la menthe quotidiennement pour éliminer la sensation de bouche sèche ? 9. Percevez-vous une modification dans votre quantité salivaire ? 10. Avez-vous besoin d’humidifier votre bouche fréquemment ?


► Examen clinique L’examen clinique par le spécialiste de la cavité bucale comporte une inspection minutieuse et une palpation fine de la sphère orale, à savoir l’ensemble des muqueuses et structures parodontales, de la denture et enfin des glandes salivaires. Inspection La qualité de la muqueuse doit être appréciée de façon minutieuse. Il faudra analyser si la muqueuse est sèche, collante, brillante ou au contraire bien humidifiée. De plus, une muqueuse sèche est plus à même d’être ulcérée. L’inspection de la langue visera à rechercher une atrophie linguale avec aspect lisse, dépapillé, fissuré, rouge, voire la présence de dépôts croûteux dans les cas extrêmes d’hyposialie. Les tissus parodontaux (tissus de soutien de la dent) font l’objet d’un examen clinique approfondi, à la recherche de saignements, oedème ou récession des gencives, de plaque dentaire ou de tartre ou encore de mobilités dentaires, aboutissant à un document de synthèse appelé « charting » parodontal (figure 7)



Anatomopathologiste · Imagerie (échographie) Diagnostic Il sera primordial de rechercher une hyposialie associée à la xérostomie. Pour rappel, la xérostomie est une sensation subjective caractérisée par une sensation de bouche sèche. Elle peut être présente sans qu’une hyposialie ne soit objectivée. La mise en évidence de l’hyposialie repose sur l’interrogatoire, les examens cliniques et para-cliniques.


► Interrogatoire - Anamnèse L’interrogatoire est un élément clé de la démarche diagnostique. Il faut se renseigner sur la présence ou non de facteurs de risque de caries tels que le tabac, l’alcool, la consommation de caféine, la présence d’une respiration buccale. On recueillera également les potentiels antécédents médico-chirurgicaux (radiothérapie de la sphère ORL, chirurgie au niveau des glandes salivaires), et médicamenteux (médicaments à effet anti-cholinergique, opiacés, anti-dépresseurs, anti-psychotiques, diurétiques, anti-histaminiques et sympathomimétiques anti-dépresseurs , antihypertenseurs, bronchodilatateurs) (Tableau 2). Il faudra préciser la durée d’évolution de cette sensation de sécheresse buccale afin de déterminer si elle est aiguë ou chronique (> 6 semaines). L’impact éventuel sur la vie courante devra être évalué car l’hyposalie s’accompagne fréquemment d’une altération de la qualité de vie avec des sensations de brûlures buccales, de dysgueusie, de dysphagie, de modification de l’alimentation, de difficultés à parler. L’ampleur des répercussions est corrélée à l’importance de l’hyposialie. Tableau 6 : Protocole de l’entretien structuré recommandé en cas d’hyposialie suspectée, tiré de S. Boisramé et coll., EMC 2016 1. Ressentez-vous une sécheresse buccale pendant la nuit ou au réveil ? 2. Ressentez-vous une sécheresse buccale pendant la journée ? 3. Gardez-vous un verre d’eau à côté de votre lit ? 4. Prenez-vous des gorgées de liquide pour avaler des aliments secs ? 5. Ressentez-vous une sécheresse buccale pendant les repas ? 6. Avez-vous des problèmes de déglutition de certains aliments ? PNDS Syndrome de Sjögren 29 Mars 2022 7. Utilisez-vous des chewing-gums quotidiennement pour éliminer la sensation de bouche sèche ? 8. Mangez-vous des fruits ou sucez-vous des bonbons durs à la menthe quotidiennement pour éliminer la sensation de bouche sèche ? 9. Percevez-vous une modification dans votre quantité salivaire ? 10. Avez-vous besoin d’humidifier votre bouche fréquemment ? ► Examen clinique L’examen clinique par le spécialiste de la cavité bucale comporte une inspection minutieuse et une palpation fine de la sphère orale, à savoir l’ensemble des muqueuses et structures parodontales, de la denture et enfin des glandes salivaires. Inspection La qualité de la muqueuse doit être appréciée de façon minutieuse. Il faudra analyser si la muqueuse est sèche, collante, brillante ou au contraire bien humidifiée. De plus, une muqueuse sèche est plus à même d’être ulcérée. L’inspection de la langue visera à rechercher une atrophie linguale avec aspect lisse, dépapillé, fissuré, rouge, voire la présence de dépôts croûteux dans les cas extrêmes d’hyposialie. Les tissus parodontaux (tissus de soutien de la dent) font l’objet d’un examen clinique approfondi, à la recherche de saignements, oedème ou récession des gencives, de plaque dentaire ou de tartre ou encore de mobilités dentaires, aboutissant à un document de synthèse appelé « charting » parodontal (figure 7)





De plus, la grande majorité des patients atteints d’hyposialie ont une susceptibilité accrue aux infections fongiques (candidose), de par la présence majorée de Candida albicans chez ces patients et de la plus faible protection salivaire des muqueuses. Les patients peuvent alors présenter des sensations désagréables telles que des brûlures ou des picotements sur la langue ou les muqueuses évoquant le diagnostic de stomatodynie secondaire. Au niveau de la denture, les patients ayant une hyposialie sont plus à même de développer des lésions carieuses préférentiellement localisées aux collets des dents. Ce phénomène est directement lié à la diminution du flux et aux changements de composition de la salive. PNDS Syndrome de Sjögren 31 Mars 2022 Chez les patients atteints de SSj, le risque carieux est donc majoré, malgré souvent une très bonne hygiène orale et des visites régulières chez le chirurgien-dentiste traitant. Palpation La palpation permettra d’objectiver la qualité de la muqueuse et ainsi de voir si elle est adhérente ou non. Il est également nécessaire de palper les glandes parotides et submandibulaires afin de stimuler le flux salivaire et d’objectiver ou non un écoulement salivaire au niveau de leur ostium ; on pourra alors apprécier la qualité de la salive (normalement fluide mais qui peut être mousseuse, visqueuse dans le cadre du SSj) ainsi que sa quantité.


► Examens paracliniques Les examens paracliniques permettront d’objectiver concrètement la diminution du débit salivaire stimulé et/ou non stimulé et d’évaluer l’atteinte des glandes salivaires (imagerie et histo-anatomopathologie). 1. La mesure du débit salivaire permettra de différencier de façon objective la xérostomie de l’hypo-asialie. Deux mesures seront réalisées. Dans un premier temps, une mesure du débit salivaire non stimulé est réalisée en recueillant la totalité de la salive produite par le patient de façon passive (sans stimulation) durant 5 à 15 minutes. Dans un second temps, une mesure du débit salivaire stimulé est réalisée durant 5 minutes, le patient mastiquant par exemple un morceau de paraffine afin d’activer la sécrétion. L’hyposialie sera alors caractérisée par une mesure du flux salivaire dit pathologique lorsque: · La mesure du débit salivaire non stimulé est ≤ à 0,1 mL/min · La mesure du débit salivaire stimulé est ≤ à 0,5 - 0,7 mL/min En pratique dans le Sjogren c’est plutôt le debit salivaire non stimulé qui fait référence. 2. Le deuxième examen paraclinique sera la réalisation d’une BGSA à visée histoanatomopathologique à la recherche d’une sialadénite chronique. Cet examen permettra également de faire le diagnostic différentiel avec l’amylose, la sarcoïdose ou la maladie associée aux IgG4. Le dernier examen para-clinique consistera en la réalisation d’une échographie des glandes salivaires principales afin d’étudier leur écho-structure. PNDS Syndrome de Sjögren 32 Mars 2022 3.11 Physiopathologie de l’atteinte cutanée L’atteinte cutanée peut consister en des manifestations que l’on peut répartir en trois catégories : - la sécheresse cutanée ou xérose - des manifestations liées au contexte auto-immun - des troubles sensoriels. · La xérose est de loin le symptôme cutané le plus fréquent. Elle peut être liée à l’infiltration lymphoïde des glandes sudorales, la recherche de celle-ci dans des biopsies axillaires pouvant même contribuer au diagnostic général de la maladie. Toutefois, une hyposudation est retrouvée ou non selon les études. Cette hyposudation peut aussi être liée à une neuropathie des petites fibres dans les formes les plus avancées. Des anomalies de l’expression de l’aquaporine 5 dans les glandes sudorales pourraient jouer un rôle. Quant aux glandes sébacées, elles ne semblent pas atteintes. En réalité, la xérose est plus probablement liée à des anomalies de la barrière épidermique qui restent mal connues.

Les manifestations les plus fréquentes sont les syndromes de Raynaud, le purpura hypergammaglobulinémique, les manifestations des vascularites cryoglobulinémiques et l’ érythème annulaire (souvent appelé lupus subaigü).

Les manifestations plus rares sont les vascularites urticariennes ou les manifestations cutanées d’un syndrome des antiphospholipides. On peut aussi rencontrer rarement des vitiligos, des anétodermies (petites lésions atrophiques cutanées), des maladies bulleuses intra-dermiques, des érythèmes polymorphes et éventuellement des lymphomes. Le prurit ou des sensations voisines (picotements, tiraillements, voire sensations de brulure ou même douleur cutanée) peuvent être liés à la xérose mais aussi aux neuropathies des petites fibres.

Sécheresse buccale L’approche thérapeutique de la sécheresse buccale doit être guidée en fonction de la persistance ou non d’une capacité à produire de la salive : celle-ci peut être évaluée par mesure du flux salivaire stimulé ou non. En l’absence de flux salivaire persistant, les traitements sécrétagogues se révèlent souvent inefficaces. Les traitements disponibles pour la prise en charge de la sécheresse buccale sont les suivants (leurs indications sont résumées dans la figure 11) : Stimulation non pharmacologique Sont disponibles comme stimulant de la sécrétion salivaire non pharmacologique les aliments suivants : les stimulants gustatifs, tels que les bonbons acides sans sucre ou les pastilles de xylitol et/ou les stimulants mécaniques, tels que les chewing-gums sans sucre. Les autres sécrétagogues de l’alimentation tels que les jus de citron ou d’agrumes sont en général mal tolérés et sont délétères pour la denture déjà fragilisée par la maladie. PNDS Syndrome de Sjögren 38 Mars 2022 Les auto-massages parotidiens peuvent également être proposés aux patients, à la fois pour favoriser la salivation mais également pour drainer la salive résiduelle souvent épaisse et diminuer les épisodes de gonflements parotidiens. Stimulation pharmacologique La stimulation pharmacologique repose essentiellement sur les agonistes muscariniques. Deux médicaments sont disponibles dans le monde : le chlorhydrate de pilocarpine et la cévimeline. En France, seule la pilocarpine est disponible. Cette molécule a montré son efficacité dans une méta-analyse. Elle permet une amélioration significative de la sécheresse buccale (mesurée par une EVA), avec toutefois une fréquence élevée des effets secondaires, en particulier une hypersudation. Pour limiter ces problèmes de tolérance, il est recommandé d’introduire ce traitement à dose progressivement croissante en débutant à 2 mg 2 fois/jour jusqu’à une dose maximale de 15 à 20 mg/jour en trois ou quatre prises. La pilocarpine peut également être efficace sur la sécheresse nasale, bronchique et vaginale. Son effet sur la sécheresse oculaire est plus inconstant (cf infra). En France, le chlorhydrate de pilocarpine est disponible sur le marché sous le nom de Salagen® à la dose de 5 mg/gélule. Ce traitement est non remboursable. Cette formulation à dose relativement élevée, est inadaptée pour permettre une bonne tolérance lors de l’initiation. Il est recommandé de faire fabriquer des gélules de chlorhydrate de pilocarpine à 2 et 4 mg sous forme de préparation magistrale. Ceci permet une introduction plus progressive des doses pour une meilleure tolérance et un remboursement de ce traitement par la plupart des CPAM. Il faudra donc indiquer sur l’ordonnance : « Prescription à but thérapeutique en l’absence de spécialités équivalentes disponibles», ce qui devrait éviter le non remboursement par certaines caisses régionales (cf Annexe 4). Les collyres à la pilocarpine à 2 % en utilisation orale pourraient être un substitut aux gélules en préparation magistrale remboursable mais cette utilisation n’est pas validée (2 gouttes matin et soir le premier mois puis 2 gouttes matin, midi et soir les 2 mois suivants puis réévaluation). Le traitement est à essayer sur plusieurs semaines à dose progressivement croissante jusqu’à une dose cible, c’est-à-dire celle permettant une tolérance correcte et un soulagement suffisant des symptômes. En cas d’inefficacité, au bout de quelques semaines, le traitement doit être interrompu. L’effet secondaire le plus fréquent de la pilocarpine est la survenue de sueurs car toutes les jonctions neuro-exocrines cholinergiques sont stimulées. L’augmentation progressive des doses permet de l’éviter dans la plupart des cas. Les autres effets indésirables plus rares sont la tachycardie et la dysurie. PNDS Syndrome de Sjögren 39 Mars 2022 Chez les patients intolérants, ou qui ne répondent pas aux agents muscariniques, on peut proposer d’autre sécrétagogues : ceux-ci ont l’avantage d’être bien tolérés mais leur efficacité reste très limitée. Sont disponibles certains cholérétiques tel que l’anétholtrithione ou certains mucolytiques tels que la bromhéxine ou la Nacétylcystéine. Substituts salivaires Ces substituts peuvent être proposés à tous les patients pour améliorer la sécheresse buccale, en particulier ceux ayant une dysfonction salivaire sévère (absence de salive résiduelle) et ceux chez qui les moyens pharmacologiques et non pharmacologiques se sont révélés inefficaces. Les substituts salivaires sont disponibles sous forme de gel, sprays, bains de bouche. Ils doivent avoir dans l’idéal une composition avec un pH neutre, contenir du fluor et généralement d’autres électrolytes pour imiter la composition de la salive naturelle. Leur efficacité reste très limitée dans les études. Ils n’ont cependant pas d’effet secondaire. Les formulations à type de gel peuvent être mal tolérées en particulier chez les patients n’ayant plus de salive résiduelle du fait d’une sensation d’adhérence causée par leur application. C’est pourquoi, dans ce contexte, beaucoup de patients préfèrent utiliser de l’eau pour améliorer leur sécheresse. Mesures préventives Dans un premier temps, le patient devra être informé des substances susceptibles d’aggraver la sécheresse buccale afin d’adapter son mode de vie (consommation de caféine, d’alcool, de tabac, de certains médicaments cf tableau 2). L’alimentation devra limiter les apports acides ; si l’alimentation solide est délicate, les plats en sauce pourront être favorisés. De plus, une hydratation tout au long de la journée est préconisée (1,5 L/jour). Dans un second temps, le patient devra être informé des conséquences possibles de la sécheresse buccale sur la sphère orale, à savoir le risque accru de lésions carieuses, de candidose et d’altération des muqueuses et du parodonte, afin qu’il instaure des mesures préventives quotidiennes. L’éducation thérapeutique passera par la recommandation d’un brossage fluoré biquotidien, l’utilisation de brossettes interdentaires et le bon nettoyage des prothèses amovibles si le patient en est porteur, ainsi que des bains de bouche au bicarbonate de sodium. Il est classiquement recommandé un suivi odontologique tous les 6 mois, qui pourra être adapté par le dentiste à l’état buccal du patient PNDS Syndrome de Sjögren 40 Mars 2022 En cas de candidose oro-pharyngée, des antifongiques locaux (Fungizone®) ou systémiques (Triflucan®) devront être prescrits. Fluoroprophylaxie La fluoroprophylaxie est primordiale dans la prévention des lésions carieuses induite par l’hyposialie. En cas d’hyposialie faible, un brossage biquotidien est réalisé avec un dentifrice à forte teneur en fluor (exemple : Fluocaril bi-fluoré 250 mg ou 2500 ppm®). En cas d’hyposialie modérée à sévère, une application de gel fluoré à 20 000 ppm de fluorure (Fluogel 2000 ®) dans une gouttière durant 5 minutes quotidiennement est préconisée en complément d’un brossage avec un dentifrice fluoré. En cas d’intolérance des gouttières, le chirurgien-dentiste peut réaliser une fluoration au fauteuil tous les 3 à 6 mois à l’aide de topiques fluorés comme le Duraphat® contenant 5 % de fluorure de sodium soit 22600 ppm ou le Fluor Protector® contenant 1,5 % de fluorure soit 7700 ppm. Position vis-à-vis des implants La présence d’un SSj n’est pas une contre-indication à la pose d’implants. Ce traitement est souvent utile pour la qualité de vie des patients et n’expose pas à plus d’effets secondaires que dans la population générale. Vue l’importance de ce traitement pour les patients, une prise en charge par la sécurité sociale serait nécessaire.

* La pilocarpine est le sialogogue de choix en raison de son efficacité supérieure et démontrée. Cependant, chez les patients intolérants ou qui ne répondent pas aux agents muscariniques, on peut proposer d’autres sécrétagogues (anétholtrithione ou bromhéxine ou N-acétylcystéine). Ceux-ci ont l’avantage d’être bien tolérés mais leur efficacité reste très limitée.



Ceci est un extrait du guide "Protocole National de Diagnostic et de Soins, Maladie (ou syndrome) de Sjögren" lien vers le texte complet : https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2022-03/pnds_sjogren_mars_2022.pdf


0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

MEOPA